Refugees in Slovenia : camps and desperate walks
Project info

Slovenia, october 2015.

The journey of refugees in the Balkans get more complicated as Hungary has closed his border with Serbia. They must now travel through Croatia and Slovenia to reach Asutria, and then, Germany.

They arrive by waves of thousands people. Families, children, old persons but also young people fleeing war and dictature.

In Slovenia, the camp of Rigonce is a no man's land, where they stay in inhumans conditions, without enough food and sleeping on the floor. They are stucked behind barriers under the supervision of armed militaries. Volunteers aren't enough too support all needs. There is no showers and only small medical assistance.

Refugees are then leaded into a long walk through the slovenian fields. No one knows were they are neither where they are heading to. They still believe in the end of they calvary at each departure of a camp.

Slovénie, octobre 2015.

Sur la route des Balkans, le périple des réfugiés se complique. Avec la fermeture hermétique de la frontière serbo-hongroise, ils doivent à présent transiter par la Croatie et la Slovénie avant de rejoindre l’Autriche puis l’Allemagne.

Ils arrivent par vagues de milliers de personnes. Des familles, des enfants et des vieillards, mais aussi des jeunes hommes, fuyant la guerre ou la dictature.

En Slovénie, le camp de Rigonce est un no man's land où ils séjournent dans des conditions inhumaines. Ils dorment à même le sol, derrière des barrières, sous la surveillance de l’armée et des forces spéciales. Les bénévoles sont trop peu nombreux pour subvenir aux besoins en nourriture. Il n’y a pas de douche, peu d’assistance médicale.

Les réfugiés sont ensuite conduits par la police à travers les champs vers le camp de Dobova. Ils ne savent ni où ils sont, ni où ils vont. Ils osent croire à la fin de leur calvaire à chaque départ d’un camp.