Animae
Project info

Dans “Animae”, Fabrice Picard porte son regard sur l’animalité et plus particulièrement sur ce fil d’une extrême ténuité qui la sépare de l’humanité. Cette lisière étroite, fragile mais palpable, où l’homme se reconnaît dans l’animal et vice versa.
L’animalité est ici dépouillée de ses oripeaux contextuels. Il nous est difficile de savoir si ces animaux sont vivants ou “naturalisés”, seule la pétillance d’un regard nous confirme que la magnificence ici révélée est bien vivante.
Fabrice Picard découpe, morcelle, sculpte la matière vivante afin de nous la restituer abstraite, fluide et concise. Une intention de captation rapide, proche de la technique du croquis, a dirigé le traitement de l’image. Il n’y a ici aucun recadrage. Il fallait capter l’essence de l’animal par la synthèse d’un trait, d’une courbe, d’une opposition de masses, de tons, etc...
Fabrice Picard décortique le monde qui l’entoure, choisit ses proies afin de révéler au mieux cette poésie du presque rien qui lui tient tant à cœur en utilisant deux forces contraires : l’ombre et la lumière.

A capture of bestiary, like landscapes. Humanity in animals.