FAIRE CORPS
Project info

A travers plusieurs types de représentations photographiques, qui vont du portrait à la scénographie inspirée de grands maîtres de la Renaissance, cette série donne à voir la matérialité du corps masculin blessé, mutilé, étrange, autre, mais aussi le corps objet de désir et vecteur de puissance. Elle s'inscrit dans un travail plus vaste sur les figures mythiques de la virilité et de la divinité dans l'histoire humaine, en questionnant tout particulièrement la figure du Héros, le "Tout-autre".

Le travail de Guillaume Sainteterre, qui puise aux maîtres de la peinture (du Caravage à Francis Bacon) et de la photographie (au premier rang desquels Henri Cartier-Bresson et Robert Mapplethorpe), ainsi qu’aux cultures les plus diverses, révèle une éthique artistique rigoureuse, loin des fréquentes impostures et du misérabilisme contemporains. Avec un souci constant de la géométrisation de l'espace, il agence motifs et figures pour faire émerger, par hybridation des formes et des sujets, des configurations de percepts qui fondent une esthétique de la dissonance. Ses photographies sont parcourues par une obsession de la Beauté par laquelle il cherche sans cesse à rendre, comme l’écrivait Baudelaire, « l’univers moins hideux et les instants moins lourds ».