Des Cabanes et des Hommes
Project info

Depuis plusieurs mois, une quarantaine de sans-abris occupent les anciennes cabanes à outils des jardins familiaux des Prés-de-Vidy, désaffectés pour laisser place à un complexe sportif dans le cadre du projet Métamorphose. Les travaux prévus courant 2013, le terrain accueillera d’abord des fouilles archéologiques. Les occupants, quant à eux, devront quitter les lieux le 30 mars prochain.

Passés les ronces et les premiers arbustes, de nouvelles sonorités prennent le pas sur le va-et-vient des automobilistes. « De la musique roumaine, la meilleure des musiques ! » lance Florian avec un large sourire. D’abord investi par un collectif de jardiniers appelé la Bourdache, le terrain a progressivement vu arriver une majorité de Roms et quelques Sud-américains en quête d’un endroit où dormir. « Nous sommes tous de la même famille » poursuit Florian en signalant une dizaine de personnes qui dansent et discutent autour du feu. En avril, ça fera un an qu’il est arrivé en Suisse. Au fil du temps, sa sœur et ses cousins l’ont rejoint. « Dans mon pays, j’ai quatre enfants. L’école, les habits, l’électricité, ça coûte cher et je n’ai rien là-bas. Alors je viens ici. » Mais du travail, il n’y en a pas. « Je ne dérange pas les gens, je leur dit bonjour et s’ils veulent me donner quelque chose, ils le font. »

À l’intérieur, la lumière s’allume et s’éteint à plusieurs reprises. Bazil aux côtés de sa femme peste contre un nid de câbles entremêlés au sol. Aux murs, quelques photos épinglées et des draps colorés suspendus pour se protéger du froid. Ces trois ou quatre mètres carrés accueillent un matelas, quelques casseroles, une table basse pour la télévision, et le jeune couple depuis trois mois. Bazil fait régulièrement des allers-retours entre la Suisse et la Roumanie. « Au début, je dormais dans la rue et je recevais des amendes. Mais je n’avais pas de quoi les payer. » Puis il a rencontré d’autres Roms qui lui ont parlé des cabanes.

Texte : Cristina Sanchez